Balade d’hiver au Domaine Lafrance

À Saint-Joseph-du-Lac, ils sont ceux qui ont motivé les visiteurs – qui ne faisaient jadis que s’arrêter un moment en bordure d’autoroute – «à traverser le village et à monter la côte» menant à l’un des plus grands vergers de la région des Laurentides. Éric Lafrance, petit-fils du fondateur du Domaine Lafrance, et sa conjointe Julie Hubert mènent aujourd’hui l’entreprise québécoise et familiale de main de maître. Comme quoi les pommes ne tombent jamais bien loin du pommier.

Texte et photos de Sarah-Émilie Nault

«Je suis de la troisième génération à travailler dans les vergers», explique fièrement le propriétaire de 47 ans alors que nous suivons ses pas dans la neige où vient se mirer le soleil, sur cette terre qu’il connaît par coeur. Mû par une véritable passion, le pomiculteur parle du Domaine, des 25 hectares de vergers et des différents produits qui y sont créés à base de pommes du Québec avec le même élan.

«Nous sommes l’un des plus grands producteurs de cidres et de cidres de glace au Québec», ajoute-t-il tout en nous faisant croquer dans une pomme gelée qu’il vient tout juste de détacher d’une branche givrée. Le goût rappelle étrangement celui des tartes aux pommes saupoudrées de cannelle. Autour, tout est calme. Il n’y a que notre petit groupe de journalistes dans le verger immaculé qui improvise une dégustation de cidre de glace au grand air et en plein cœur de janvier.

Sur le domaine où sont alignés 13 000 pommiers ne semblant pas avoir peur de l’hiver, les cidres, cidres de glace et alcools forts (vermouth, vodka, eau-de-vie, brandy) sont créés dans la plus pure tradition artisanale. J’apprends que les pommes utilisées pour créer ces petites merveilles font face à deux procédés: la cryoconcentration et la cryoextraction. Pour le premier, c’est le jus extrait de pommes récoltées en automne qui sera entreposé aux grands froids pendant plusieurs semaines en hiver. Pour le second, on utilisera directement les pommes gelées récoltées en hiver.

Cidres tranquilles, cidres effervescents, cidres aromatisés et cidres de glace font partie des produits purement québécois du Domaine Lafrance dont plusieurs ont été maintes fois primés à l’international. D’ailleurs, le propriétaire se fait une fierté de souligner que les cidres de glace récolte 2014 du domaine sont certifiés cidres de glace du Québec Indication Géographique Protégée (IGP).

«Éric se réveille la nuit pour écrire dans un petit carnet ses idées de nouveaux projets, explique sa conjointe en souriant. C’est un passionné qui n’a qu’un seul but: innover, aller toujours plus loin et promouvoir des produits locaux et 100% québécois qui le rendent fier.»

Lors de notre visite hivernale, le Domaine Lafrance se préparait à recevoir un grand nombre de visiteurs lors de son traditionnel week-end de cueillette de pommes gelées. Un événement annuel se tenant généralement en janvier, franchement populaire auprès des familles, se situant «dans la même lignée festive que les vendanges en France». Proposé aux petits et aux plus grands cueilleurs depuis une dizaine d’années déjà, en plus d’aider le Domaine à récolter plus d’un million de pommes chaque année, l’événement est une incursion fascinante dans le monde de la création et de la production de notre fameux cidre de glace.

Tout faire avec des pommes

Aux cidres et cidres de glace faisant la renommée des vergers Lafrance vient s’ajouter une gamme de produits entièrement imaginés et concoctés dans la distillerie du Domaine. Car, afin de poursuivre dans cette optique d’innovation et de création, le propriétaire s’est récemment doté d’un Alambic Stupfler (le premier au Canada!); appareil haut de gamme importé de France et destiné au procédé de distillation.

Dans les yeux des employés de la distillerie qui ont travaillé à la création du premier vermouth de cidre québécois (le Rouge Gorge), de la vodka aromatisée Amarok, de l’eau-de-vie Pure Légende et du cidre apéritif Le Tonnelet, on voit une immense fierté. Celle de proposer des produits uniques à base de pommes de leurs vergers, jolies alternatives totalement québécoises aux alcools généralement importés retrouvés en magasins. Des produits du terroir se retrouvant aujourd’hui sur les tablettes de la SAQ, qui n’ont rien à envier à leurs voisins venus de loin.

Nous avons eu le privilège de goûter au brandy Georges-Étienne qui sera présenté au grand public cet été. Tout comme nous avons eu la chance de manger et nous réchauffer au bord du feu, dans la nouvelle cabane à sucre tout en bois du domaine. Au bistro, dans la cidrerie, dans la boutique, jusque dans l’immensité des vergers figés par le froid, c’est la chaleur des membres de cette grande famille, l’unicité et la passion derrière chaque produit, puis enfin la fierté de composer avec ce bonheur d’être Québécois qui m’a le plus émue. Ici, l’hiver et le froid ne me sont plus apparus comme des défis à relever ou de mauvais moments à passer; plutôt comme des sources d’inspiration, de travail acharné, de bonnes nouvelles et de saveurs inégalées.

***
Aussi à ce sujet:

L’hiver à boire, d’Anaïs Détolle
Créé grâce à l’ingéniosité de passionnés désirant tirer parti de notre froid hivernal, le cidre de glace, marginal dans les années 1990, est aujourd’hui un des ambassadeurs de notre gastronomie. Petite histoire d’une boisson dont les méthodes de production inspirent les cidriculteurs de partout dans le monde.