Idée #1 pour le Québec agroalimentaire de demain: cultiver l’innovation

En 2014, dans son premier numéro, Caribou a demandé à des personnalités québécoises de penser à une idée pour améliorer le Québec agroalimentaire de demain. En 2018, alors que le gouvernement s’apprête à déposer sa première politique bioalimentaire, ces propositions sont encore bien d’actualité et pourraient grandement inspirer nos dirigeants.

Idée #1: Cultiver l’innovation alimentaire 

Par Mohamed Hage, président fondateur des Fermes Lufa

«Mon idée pour une meilleure industrie agroalimentaire au Québec? Cultiver l’innovation en alimentation en soutenant les entrepreneurs afin qu’ils développent de nouvelles façons durables de nourrir les Québécois. Pour ce faire, pourquoi ne pas inclure des cours sur l’agriculture dans les programmes d’éducation afin de semer des graines dans la tête de nos enfants et de faire de certains d’entre eux les agriculteurs innovateurs de demain?

Créer des agences de développement économique consacrées spécifiquement à l’innovation en alimentation pourrait également permettre aux entrepreneurs de concrétiser des projets visant une plus grande autonomie alimentaire québécoise.

Il existe des émissions qui encouragent l’entrepreneuriat québécois, comme Dans l’oeil du dragon. Et si on créait une version dédiée aux innovations en alimentation, Dans l’assiette du dragon?

Je dirige une entreprise de produits alimentaires et je suis toujours surpris de voir ce qui peut être cultivé ici. J’ai découvert récemment Green Barn Farms, une ferme de 50 acres à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, qui produit des centaines de variétés d’aliments qu’on ne croirait pas cultivables au Québec: des arbres à noix, des poires asiatiques, des figues, des kiwis (oui, des kiwis !)…

Les propriétaires, Ken et Laureen, ont travaillé pendant 40 ans à l’adaptation de ces produits à notre climat. Il faut que le Québec puisse compter sur davantage d’entrepreneurs innovateurs comme eux!»

[Photo: facebook.com/lesfermeslufa]