4 propositions pour réinventer la canne de sirop d’érable

Le dessin d’érablière qui orne les boîtes de conserve de sirop d’érable a été conçu il y a plus de 60 ans et est devenu un véritable symbole québécois. Pour secouer un peu les conventions, nous avons demandé à quatre artistes et designers de revisiter l’emballage de l’or blond.

Designs de Michel Hellman, Samuel Jacques, Simon Léveillé et Jean-François Poliquin

La boîte de conserve de sirop d’érable a fait son apparition en 1951. Avant, il fallait se procurer le délicieux nectar au gallon! Le dessin qui décore la boîte de 540 ml est né d’un concours lancé par le ministère de l’Agriculture, qui souhaitait qu’on représente, de façon artistique, les érablières. Depuis 64 ans, ce design champêtre continue d’être utilisé, même s’il en existe quelques variantes. L’attachement que les acériculteurs lui témoignent n’a pas permis à un autre design de mettre K.-O. celui qui orne les «cannes» depuis si longtemps.

Simon Léveillé
Directeur artistique et graphiste

«J’ai choisi de garder la boîte de conserve, parce que je la trouve emblématique du sirop d’érable. Je l’ai toutefois traitée comme un canevas. Mon visuel s’inspire d’un esprit vintage – qui convient selon moi au produit –, mais tend vers quelque chose de plus contemporain. J’ai conservé le carré rouge du design traditionnel, en l’adaptant et en le centrant sur la boîte, pour en faire une image de marque plus forte.»

Jean-François Poliquin
Directeur artistique

«Dans son ouvrage Flore laurentienne, le frère Marie-Victorin raconte comment le sirop d’érable a été découvert, selon la légende amérindienne. On dit que, sur une branche d’érable à sucre cassée, un écureuil roux se régalait de la sève sucrée que le soleil printanier faisait évaporer. Cette histoire a inspiré mon fleurdelisé représentant le rongeur, l’érable et la sève. Laissant paraître la beauté du coloris du sirop et favorisant le service, le contenant de verre avec son bouchon à bascule est à la fois pratique et esthétique.»

Michel Hellman
Bédéiste

«Je voulais représenter dans mon dessin un repas festif et rassembleur. J’aime l’illustration qui orne les cannes de sirop d’érable depuis les années 1950, mais je pourrais lui reprocher son caractère trop folklorique. Le sirop évoque autre chose que la cabane à sucre et le traîneau tiré par un cheval dans la neige du printemps. Oui, c’est un aliment lié à notre histoire, mais c’est aussi un produit gastronomique unique qui mérite d’être redécouvert, une source de fierté nationale.»

Samuel Jacques
Designer graphique et illustrateur

«Mon design représente une mosaïque de feuilles d’érable. Celles-ci, dans leur mouvement, rappellent le côté festif associé au temps des sucres. Les différentes variantes de couleurs des feuilles (bleu, vert ou jaune) permettraient aux acériculteurs de se distinguer les uns des autres. La typographie originale indiquant “sirop d’érable” a été conservée, car elle est, à mon avis, associée au produit.»

*Ce projet artistique est paru à l’origine dans le numéro 2 de Caribou, Restaurants, au printemps 2015.