Idée #2 pour le Québec agroalimentaire de demain: plus de transparence des grandes surfaces

En 2014, dans son premier numéro, Caribou a demandé à des personnalités québécoises de penser à une idée pour améliorer le Québec agroalimentaire de demain. En 2018, alors que le gouvernement s’apprête à déposer sa première politique bioalimentaire, ces propositions sont encore bien d’actualité et pourraient grandement inspirer nos dirigeants.

Idée #2: Obtenir plus de transparence de la part des grandes surfaces 

Par Marcel Groleau, président de l’Union des producteurs agricoles

«Le préjugé favorable de nos concitoyens pour les produits de chez nous est indéniable, tout comme l’apport économique du secteur agroalimentaire. D’où l’objectif d’augmenter le pourcentage de denrées agricoles québécoises dans notre assiette.

Hausser ce contenu, estimé aujourd’hui à 33%, passe certainement par la promotion et l’encouragement de tendances comme les marchés publics et les autres circuits courts. Ces avenues sont excellentes, mais n’oublions pas que 86% des achats alimentaires sont effectués dans les grandes surfaces (Loblaw, Sobeys, Metro, Walmart et Costco).

Si l’objectif est véritablement d’augmenter de façon significative le contenu québécois dans notre assiette, il est impératif d’agir sur ce front. Les chaînes font déjà des efforts intéressants, mais l’absence d’objectifs mesurables et chiffrés complique les choses. Les grandes chaînes doivent donc rendre publique leur politique d’achat local.»

À lire aussi: