Les vins d’ici à l’honneur au Vinologue

Inauguré en septembre 2017 à deux pas du Marché Maisonneuve, le Vinologue est devenu une des destinations favorites des amateurs de vins d’ici. Petit frère du Bièrologue, boutique spécialisée en bière de microbrasseries québécoises ouverte en 2012, et avec qui il partage le local, le commerce d’Hochelaga-Maisonneuve souhaite devenir une référence et s’attèle à y parvenir. Rencontre avec le propriétaire, David Deschênes.


Article présenté par Le Vinologue

 

Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser aux vins québécois et à y consacrer une section complète dans votre boutique?
Le terroir québécois, ça me touche et ça me passionne. Mon intérêt pour les vins d’ici, c’est juste un prolongement de ma passion pour la bière et le terroir du Québec. Dans une autre vie, j’étais guide accompagnateur et quand je faisais visiter la Côte-Nord, la Gaspésie ou les Cantons-de-l’Est à des touristes, j’étais fier du Québec. Avec le Bièrologue et le Vinologue, je continue à faire la promotion du Québec.

«Je fais très peu de compromis dans la boutique sur l’origine des produits. Le but c’est qu’elle soit composée à 100% de produits locaux.»

Est-ce que la décision de vendre des vins d’ici a été motivée par l’adoption de la loi 88 par le Gouvernement du Québec, qui a permis aux vignerons de vendre leurs produits dans les épiceries?
Environ six mois avant l’adoption de la loi, en décembre 2016, les rumeurs couraient déjà qu’on pourrait bientôt vendre des vins québécois en épicerie. Dès que j’ai su ça, j’ai approché des vignerons et j’ai consulté un expert – Monsieur Terroirs, pour ne pas le nommer. On s’est organisé pour avoir, à temps pour Noël 2016, une dizaine de vins sympathiques qui me seraient livrés dès que la loi passerait. J’étais prêt!

Qu’aimez-vous des vins québécois?
Ils sont surprenants. Il est injuste de dire que les vins québécois sont mauvais comparés aux vins de la SAQ. La société d’État a un des portfolios les plus complets au monde. Il y a des dizaines de milliers de vins disponibles à la SAQ. Il est injuste de comparer nos quelque 80 vignerons à la planète entière. On est très discriminatoire face à nos vins.

Mais ça semble être en train de changer, n’est-ce pas?
Parce que certains médias s’y sont intéressés et que quelques vignobles (Domaine du Nival, Pinard et filles) ont eu un buzz d’estime, j’ai remarqué que le vin québécois a fait boom depuis l’ouverture de la boutique. J’ai vu l’opinion des gens changer ces derniers mois par rapport aux vins québécois. Par contre, j’ai encore des commentaires négatifs sur les vins rouges. C’est comme un réflexe de ne pas aimer les vins d’ici, mais, à la boutique, on veut le défaire. On est dans une étape de démystification et ça va très vite. Les gens n’ont déjà plus les mêmes réactions.

«Je prédis que d’ici deux ans, tout le monde va vouloir acheter du vin québécois.»

Quelle est votre relation avec les vignerons?
Quand je rencontre un vigneron, je lui dis tout le temps que je veux une relation à long terme, pas un coup de circuit. Je cherche des partenaires, des relations d’affaire saines. Je leur explique qu’on ne fait pas que mettre une bouteille sur l’étagère. Il y a une fierté à les représenter.

Que souhaitez-vous pour le Vinologue dans l’avenir?
Mon but c’est d’être la destination pour les gens qui s’y connaissent en vin québécois. Ça a une valeur de vendre de la qualité et de la promouvoir avec des conseillers bien formés. Mes conseillers ont eu jusqu’à maintenant trois formations avec des sommeliers d’ici: Stéphane Morin, Simon Gaudreault et le Sommelier Nordiq. Pour l’industrie, avoir quelques points de vente forts, qui font les choses correctement, c’est important. On veut arriver à être des experts, comme nous le sommes pour la bière, avec le Bièrologue.

Les coups de cœur de David Deschênes

David Deschênes suggère deux vins rouges, ce qui casse le mythe qu’on ne fait pas de bon rouge au Québec!

  • Réserve XP (rouge). Léon Courville vigneron. «Je capote là-dessus!»
  • Pigeon Hill rouge biologique. Vignoble Pigeon Hill. «Un vin souple et passe-partout. Ça se boit bien!»

Un sommelier en résidence

Dès la fin août, le Vinologue aura un sommelier en résidence, chaque dernier vendredi du mois de 15 h à 19 h. Ce sera Steven Fortin, alias le Sommelier Nordiq, qui rencontrera les amateurs de vins d’ici et répondra à leurs questions.

Le Vinologue: 4301, rue Ontario Est (à deux pas du Marché Maisonneuve)