5 gestes pour soutenir l’industrie alimentaire en temps de pandémie

De nombreuses mesures draconiennes ont été entreprises par le gouvernement provincial afin de limiter la propagation du coronavirus. Le premier ministre Legault a notamment pris la décision de fermer les bars et l’accès aux salles à manger des restaurants. La situation est inquiétante pour plusieurs petites entreprises d’ici. Afin de continuer à encourager vos restaurateurs et artisans préférés tout au long de cette situation exceptionnelle, Caribou vous propose cinq gestes à poser. 

Texte de Pénélope Leblanc
Illustration de Laucolo

1. Encourager les restaurateurs

Plusieurs restaurants ont dû fermer l’accès à leur salle à manger jusqu’à nouvel ordre, afin d’assurer la santé de leur clientèle et de leur équipe. Ainsi, une solution de rechange s’impose: les plats pour emporter. Plusieurs restaurateurs ont su s’adapter rapidement. L’option «pour emporter» est en effet la meilleure solution pour éviter le gaspillage ainsi que les lourdes pertes financières, estime le chef et restaurateur Martin Juneau. «C’est une situation jamais vécue, on est tous en mode réaction, mais l’idée c’est de garder le moral», ajoute le chef du restaurant Pastaga. «Les gens qui font des efforts collectifs, c’est beau à voir!» ajoute-t-il. 

«C’est une situation jamais vécue, on est tous en mode réaction, mais l’idée c’est de garder le moral.»

Martin Juneau, chef et restaurateur

Le guide d’adresses gourmandes Tastet a publié une liste de restaurants ouverts proposant un menu pour emporter pendant cette période de quarantaine. Vous pouvez également vous joindre au groupe Facebook public Take-Out et livraison gratuite au Québec qui a été créé spécialement pour répondre aux besoins des gens pendant la crise. Vous y trouverez des restaurants, cantines et cabanes à sucre qui offrent des repas pour emporter et parfois même la livraison. 

L’achat de cartes-cadeaux et de produits dérivés est un autre moyen d’assurer la survie de vos restaurants et cafés locaux en plus de leur démontrer votre soutien. Le site Brunette permet de commander plusieurs de ces items.

Finalement, vous pouvez faire un don au Fonds de secours des travailleurs de la restauration de Montréal qui a été créé cette semaine pour offrir une aide financière d’urgence aux employés de la restauration qui font face à une détresse économique due au COVID-19. 

2. Soutenir les commerces locaux

Vos petites épiceries, boulangeries, fruiteries, boucheries et autres commerces de proximité ont aussi besoin de vous: préférez-les aux magasins grandes surfaces. Heureusement, la technologie permet de soutenir quelques entreprises locales en ligne. Plusieurs sites web offrent cette option et c’est facile comme tout. Parmi ceux-ci, il y a entre autres l’épicerie en ligne de produits locaux Maturin qui fait le pont entre agriculteurs, transformateurs, artisans et consommateurs. 

➤ Consultez notre liste de 13 boutiques en en ligne où faire des provision de produits d’ici

3. Cuisiner pour les personnes âgées ou en quarantaine

Puisqu’elles sont plus durement affectées que le reste de la population, les personnes âgées de plus de 70 ans devraient rester cloîtrées à la maison à moins d’une nécessité absolue, recommande Québec. Profitez donc de la quarantaine pour cuisiner des repas pour ceux qui ne peuvent pas sortir de leur domicile comme les aînés, vos proches immunosupprimés ou encore les voyageurs qui doivent également s’isoler. Pour des idées de recettes 100% locales, visitez notre section Cuisiner

4. Supporter les agriculteurs

Il est possible d’appuyer les agriculteurs en se procurant les aliments directement auprès d’eux. Le Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine (CRETEAU) rappelle que le fait de s’approvisionner en panier d’aliments frais directement à la ferme fait une réelle différence chez les producteurs locaux qui vivent présentement une crise causée par la fermeture des restaurants et des hôtels. Le CRETEAU a préparé une liste de fermes urbaines avec leurs coordonnées afin de faciliter la recherche. 

«Pour survivre, j’ai besoin de 30 personnes par semaine qui souhaitent se procurer un panier de verdures de 9 items pour 30$.»

Marie-Pier Lépine de Feuilles & Lépine

5. Faire du bénévolat

Étudiants, serveurs, et travailleurs en isolement, plusieurs organismes sont preneurs de votre temps. Moisson Montréal répond à plus de 567 000 demandes alimentaires chaque mois sur l’Île de Montréal. Ainsi, en période de crise, il est d’autant plus important de soutenir toutes les personnes qui bénéficient de l’aide des organismes communautaires. Afin d’assurer la santé de ses bénévoles, Moisson Montréal a réduit la taille de chaque station de travail pour qu’un maximum de 10 personnes oeuvrent au même endroit. L’organisme a aussi déployé un questionnaire permettant d’exclure les personnes qui manifesteraient des symptômes liés au coronavirus, ainsi que les gens qui reviendraient de voyage ou qui demeurent avec quelqu’un qui correspondrait à l’un ou l’autre de ces éléments. 

D’autres organismes oeuvrant dans l’alimentation peuvent également bénéficier de votre aide tels que le Regroupement des popotes roulantes, et Santropol Roulant.

Pour d’autres idées et pour continuer à vous inspirer, suivez @cariboumagazine sur Instagram. En story, une action par jour pour encourager notre industrie y sera proposée. Toujours sur Instagram, notre collaboratrice @laurence_laucolo propose aussi des solutions et illustre très joliment la situation alimentaire actuelle.