Nous avons testé une nouvelle application pour manger local

Nous rentrons à Montréal avec nos sacs réutilisables remplis de délicieux produits d’ici et le cœur porté par toutes ces belles rencontres. Décidément, cette nouvelle application permet de créer des itinéraires qui se glissent parfaitement à l’horaire de vacances au Québec ou d’un week-end près de la maison, qu’on se déplace en voiture ou à vélo. À faire et à refaire pour nous rapprocher plus que jamais des gens d’ici qui nous nourrissent chaque jour.

L’Union des producteurs agricoles lance une nouvelle application mobile, Mangeons local plus que jamais!, dans le but de s’approvisionner près de chez soi ou de découvrir de bonnes adresses agrotouristiques partout au Québec. C’est donc par un beau matin d’été, téléphone à la main, que nous partons à la rencontre des producteurs et productrices de chez nous. 

Article présenté par l’Union des producteurs agricoles

Nous avions envie de campagne, de kiosques de fruits et légumes de saison et de délicieux produits d’ici. En se branchant à l’application, nous survolons d’abord la carte interactive. Quelques marqueurs apparaissent au-dessus de Laval, alors qu’il y en a plusieurs en Montérégie. Nous optons pour ces deux régions, étant donné leur proximité de Montréal. En cliquant sur les marqueurs, une fiche informative indique notamment le nom de la ferme, les heures d’ouverture, les activités offertes et les produits vendus sur place. Ainsi, quatre arrêts s’inscrivent à notre itinéraire de la journée. 

En voiture!

Premier arrêt: la Ferme F. Turcot & Fils, à Laval, et son petit kiosque garni de fruits et légumes. Sur place, nous apprenons que la majorité des produits vendus sont cultivés par la ferme elle-même ou par des fermes avoisinantes. Il est également possible de faire de l’autocueillette de fraises et de framboises en saison. C’est donc une destination parfaite pour s’approvisionner en produits frais et locaux. 

Nous filons ensuite en direction du verger La Vieille Cave, à Mont-Saint-Hilaire. Dès notre arrivée, la copropriétaire Nathalie Jodoin se fait un plaisir de nous raconter l’histoire du verger et de la maison qui abrite la boutique. Cette dernière date d’environ 200 ans! C’est toutefois en 1936 que la famille Petit en prend possession avec le verger. Au fil des ans, l’espace prend de l’ampleur, si bien qu’il compte 8000 pommiers dans les années 1960. «C’est Jean-Noël [Petit] qui a commencé à permettre aux gens de faire de l’autocueillette dans la région», raconte Nathalie. Bien que La Vieille Cave ait vu le jour en 1970, ce n’est qu’en 2004 que Nathalie Jodoin – fille de pomiculteurs de cinquième génération et cousine de Michel Jodoin – et son mari, Jean Deslauriers, font l’acquisition de la propriété et du verger. 

Aujourd’hui, ils possèdent 800 pommiers de 16 variétés différentes, et l’autocueillette commence dès la mi-août. Il est aussi possible de cueillir des poires et des prunes. Puis dans la charmante boutique, on trouve les marinades, confitures et plats maison préparés avec amour par Nathalie. C’est un endroit chaleureux où il est possible de cueillir et de s’approvisionner en produits de la pomme. Ce sont donc les bras remplis de cidre, de confitures et de salsa que nous mettons le cap sur le prochain arrêt de notre circuit. 

En moins de 15 minutes de voiture, nous arrivons au Potager Mont-Rouge Halte Gourmande, à Rougemont. Ici, nous pouvons cueillir des dizaines de variétés de tomates différentes, des aubergines, des poivrons et, bien sûr, des pommes! «L’offre d’autocueillette change régulièrement pendant la saison des récoltes», souligne le propriétaire, Philippe Beauregard. Outre l’autocueillette, on trouve sur place un kiosque de fruits et légumes variés en plus d’une boutique garnie de produits transformés sur place: confitures, pain, tartes, lasagne et bien plus! Voilà une autre bonne adresse pour nous approvisionner en fruits et légumes fraîchement sortis des champs. 

Sur le chemin du retour, nous bifurquons sur les routes de campagne de Saint-Jean-sur-Richelieu vers la Ferme Bœufs des Patriotes, certifiée Bœuf Québec. Bien que les visites ne soient pas permises et qu’il n’y ait pas de boutique à proprement parler, il est possible d’acheter un quart, un demi ou un bœuf entier, à condition d’appeler les propriétaires, Lucio (le père) ou Giacomo (le fils) Zoia à l’avance! «Des fois, les gens viennent même choisir l’animal sur place, raconte Giacomo. Ou ils vont nous préciser le type de viande qu’ils préfèrent: plus persillée, maigre, plus ou moins prononcée au goût…» Une chose est sûre, la ferme privilégie l’utilisation de l’animal au complet plutôt que de choisir des coupes spécifiques. Voilà une belle façon de valoriser l’animal et de faire des réserves pour plusieurs mois.

Nous rentrons à Montréal avec nos sacs réutilisables remplis de délicieux produits d’ici et le cœur porté par toutes ces belles rencontres. Décidément, cette nouvelle application permet de créer des itinéraires qui se glissent parfaitement à l’horaire de vacances au Québec ou d’un week-end près de la maison, qu’on se déplace en voiture ou à vélo. À faire et à refaire pour nous rapprocher plus que jamais des gens d’ici qui nous nourrissent chaque jour.