Le grincement de dents de Florence-Léa Siry: le zéro gaspillage est l’avenir de la cuisine

Traiteure pendant plusieurs années sur les plateaux de tournage, Florence-Léa Siry constate qu’on y jette une quantité phénoménale d’aliments. C’est alors sur ces mêmes plateaux qu’elle développe ses trucs, techniques et méthodes pour valoriser chaque aliment à son plein potentiel. Partageant aujourd’hui son savoir-faire sous forme de livres, de conférences et d’ateliers, la fondatrice du site Chic Frigo Sans Fric grince des dents devant notre amnésie collective à l’égard de la valeur de la nourriture. Caribou lui tend le micro.

Texte de Julie Aubé

Au Canada, seulement 71% des calories achetées seraient consommées . Qu’en est-il du reste?
Le reste des aliments se détériorent ou se gaspillent dans les magasins, les ménages, les établissements, les restaurants ou pendant la préparation des repas. Or, ce n’est pas juste de la nourriture (et de l’argent!) qu’on perd, mais ce sont aussi des ressources et de l’énergie (essence, électricité, temps, travail, etc.) qu’on gaspille. Les impacts humains et environnementaux sont indéniables. Mais plutôt que d’être dans la dénonciation, je préfère outiller les gens pour qu’ils se conscientisent et voient le plein potentiel de richesse que les aliments leur offrent. Je choisis de «valoriser le moins beau» plutôt que de m’insurger. Par exemple, quand je vois une pomme, qu’elle soit belle ou abimée, je vois les possibilités de cuisiner la chair, mais je pense aussi à utiliser le cœur et les pelures pour faire des sirops, qui remplaceront mes jus.

«Si je fais mes bouillons maison à partir des épluchures de légumes, ou que je prépare trois recettes avec mes fraises en utilisant le fruit ET la queue, ou que je gagne une qualité de vie: non seulement j’ai créé (ça m’a divertie, relaxée et j’ai passé du bon temps en famille ou avec moi-même), mais en prime, j’ai économisé et je n’ai pas eu besoin d’aller aussi souvent à l’épicerie. C’est une forme de décroissance!»

Quand on achète un aliment, est-ce qu’on devient «responsable» de cet aliment?
Je pense que oui, mais je ne l’aborde pas dans ces termes-là, car les gens ressentent vite de la culpabilité. Personne n’aime jeter des aliments. Le défi c’est de changer ses habitudes. J’essaie plutôt d’être un exemple positif: outiller, partager des trucs et surtout, montrer le plaisir que j’ai à cuisiner zéro gaspillage, la façon la plus créative que j’ai trouvée de cuisiner. Par ailleurs, je suis convaincue qu’on fait plus attention aux aliments qu’on a cultivés soi-même ou qu’on a achetés localement. On leur associe des visages, on s’attache aux gens et on prend conscience du travail et des ressources nécessaires pour les produire. Aller à la ferme pour la visiter ou y faire de l’autocueillette, ça fait non seulement sortir du tourbillon du quotidien, mais ça recrée aussi un contact avec la terre ainsi qu’avec la diversité des formes et des couleurs de la nature. Nos standards de «perfection alimentaire» s’assouplissent, notre «tri» devient moins sévère et notre désir de valoriser les produits – même imparfaits – s’accentue.

Cultiver, acheter du voisin et tirer le maximum des aliments, c’est essentiellement ce que faisaient nos arrières-grands-mères!
Absolument. On a peut-être fait un grand détour, mais on y revient, avec l’avantage qu’on a aujourd’hui la créativité des chefs pour nous inspirer. Je dis toujours: «cuisiner comme vos grands-parents, mais traitez-vous comme un restaurateur vous traiterait». Je pense que le zéro gaspillage, c’est l’avenir de la cuisine. Ce qui va désormais épater la galerie, ce sont nos habiletés à faire plus avec moins! Dans 10 ans, ça ne s’appellera même plus de la cuisine zéro gaspillage, parce que ça va être revenu normal de cuisiner comme ça. Le mouvement est en marche.

***
Le 30 septembre, participez à l’évènement «Prenez le champ avec Chic Frigo Sans Fric à la Ferme Marichel» sur le thème de la cuisine anti-gaspillage des récoltes de saison.

Rencontrez Aya Gendreau-Martineau et découvrez les cultures et les élevages diversifiés de la Ferme Pédagogique Marichel, puis apprenez à valoriser les produits saisonniers de la ferme grâce à un atelier de cuisine anti-gaspillage animé par Florence-Léa de Chic Frigo Sans Fric. Savourez le festin cuisiné devant vous à la ferme, au cœur des paysages bucoliques de Sainte-Agathe-de-Lotbinière!

Infos et réservation ICI.