Grandir sur une ferme… à Montréal

Ferme agricole, 1935, photo prise depuis le chemin de la côte Saint-Michel (rue Jarry entre Pie-IX et Saint-Michel). Source: M. E. Dagenais. CC Benoit Brouillette.

Quand on roule sur l’autoroute métropolitaine à la hauteur de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, ou encore dans le secteur des boulevards Lacordaire et Langelier, difficile de s’imaginer qu’il y a à peine plus de 60 ans une vaste campagne agricole s’étendait là où aujourd’hui se dressent des immeubles de bureaux et des magasins à grande surface avec leurs stationnements. Voyage dans un passé pas si lointain, à travers les souvenirs de gens qui ont grandi sur des fermes à Saint-Léonard et à Saint-Laurent. 

Texte de Julie Aubé

Micheline Bastien et ses 12 frères et sœurs sont nés sur la ferme laitière familiale de Saint-Léonard-de-Port-Maurice (l’actuel arrondissement de Saint-Léonard) à partir de la fin des années 1930. Ils vivaient dans une maison canadienne aux larges murs de pierre sur la côte Saint-Léonard, aujourd’hui la rue Jarry. À l’époque, on ne pouvait pas se tromper: c’était la seule rue du secteur! La terre de son père, Bernard Bastien, appartenait avant lui à Wilfrid Bastien, le grand-père de Micheline, qui a été maire de Saint-Léonard de 1910 à 1929. La famille avait plusieurs voisins maraîchers, dont monsieur Hubert, qui cultivait du céleri, et monsieur Brassard, qui faisait pousser des fèves. Micheline les aidait à récolter leurs légumes, pour quelques sous la livre. Son grand-père Wilfrid avait aussi un verger, dans lequel les petits Bastien, à l’automne, cueillaient leur pomme sur le chemin de l’école. Quant à Bernard, le père de famille, il louait, pour augmenter sa surface cultivable et arrondir ses fins de mois, une terre (l’actuel parc Delorme) où il récoltait des patates, qu’il vendait à Montréal. «On vivait en campagne; aller à Montréal, c’était aller en ville!» lance Micheline, directrice retraitée du HLM de La Plaine, qui raconte son histoire familiale, assise à sa table de cuisine, à Sainte-Anne-des-Plaines. 

En fouillant dans ses souvenirs, la chaleureuse septuagénaire parle aussi des déménagements annuels de la cuisine d’été à la cuisine d’hiver – et vice versa –, du magasin de bonbons à «une cenne» en face de l’église et de sa mère qui lui interdisait de récolter les cornichons pendant ses règles «pour ne pas les faire tourner». Il y avait une épicerie au village où acheter la farine, le sucre et les épices. Le pain était livré à la maison. Pour le reste, les paysans de Saint-Léonard étaient autosuffisants. Les Bastien avaient deux chevaux, des vaches laitières et des poules, en plus d’entretenir un grand potager pour les légumes. L’automne venu, ils préparaient des tartes, des confitures et des marinades, puis remplissaient le sous-sol de pommes de terre, jusqu’au plafond. 

Plus à l’ouest, Saint-Laurent était un noyau villageois entouré de terres agricoles. Aurèle Cardinal, architecte et urbaniste au sein de la firme Humà Design + Architecture, est né dans les années 1940, et a grandi avec ses quatre frères et sœurs sur une ferme maraîchère de la côte Saint-François. Son père, Léopold, avait 25 vaches laitières dont le fumier engraissait les champs. Au fond de la terre, il y avait un boisé d’où ils tiraient du bois de chauffage et de l’eau d’érable. La famille Cardinal cultivait le foin pour les animaux et avait, elle aussi, quelques poules et cochons, ainsi qu’un sous-sol où on faisait provision de pommes de terre jusqu’à la récolte suivante. «C’était une ferme diversifiée, loin des monocultures qu’on voit partout aujourd’hui, raconte l’architecte. Tout était naturel, orienté vers le marché local et les saisons. C’était, par défaut, l’agriculture durable dont on parle tant présentement.» Le quotidien était toutefois exigeant. Au petit matin, Léopold conduisait son épouse au marché Jean-Talon, où elle vendait leurs légumes. Il retournait ensuite à la ferme traire les vaches et travailler aux champs jusqu’à la traite du soir. «Après, il devait encore préparer la journée du lendemain. Nous, les enfants, dès qu’on avait la capacité de travailler, on aidait.» 

Le boulevard Henri-Bourassa en 1931. Archives de Montréal 

Toujours à Saint-Laurent, un peu plus au nord, André Jasmin et ses trois frères et sœurs sont nés – à partir de la fin des années 1930 – sur une ferme du chemin du Bois-Franc (l’actuel boulevard Henri-Bourassa), où vivaient essentiellement des cultivateurs. La vaste terre de leur père, Adrien, allait jusqu’à la rivière des Prairies. Avant d’y cultiver des légumes, l’agriculteur embouteillait le lait de ses 45 vaches et travaillait à l’étable avec ses garçons. La production laitière a été abandonnée quand la pasteurisation est devenue obligatoire: ç’aurait été trop coûteux d’apporter les changements exigés à la laiterie. Les Jasmin ont ensuite élevé des cochons et cultivé des légumes, qu’ils vendaient majoritairement à des transformateurs (comme une «cannerie» qui en faisait des relishs), raconte André, rencontré dans l’ancienne laiterie où sont aujourd’hui installés des bureaux. «On avait aussi une brouette au bord du chemin dans laquelle on vendait nos belles grosses tomates, deux pour cinq cennes», se souvient celui qui, aujourd’hui, donnerait cher pour en croquer une à la hauteur de celles de ses souvenirs. Et, oui, l’homme de 78 ans évoque lui aussi le sous-sol rempli de patates jusqu’au plafond! 

Selon les Archives de Montréal, dans la deuxième moitié du 19e siècle, on trouvait 1400 agriculteurs à Montréal. En 1921, le nombre de fermes avait chuté de 45%. Celles qui restaient étaient concentrées à Sainte-Geneviève, Saint-Laurent, Saint-Léonard et Pointe-Claire.

Quand la campagne fait place à la ville 

Au milieu des années 1950, les terres de Saint-Laurent et de Saint-Léonard étaient achetées par des spéculateurs qui les revendaient ensuite. André Jasmin explique qu’ils déposaient un chèque alléchant sur la table des cultivateurs du chemin du Bois-Franc. Ceux-ci avaient du mal à résister à l’attrait de l’argent qu’on leur proposait, surtout s’ils avançaient en âge ou s’ils n’avaient pas de relève. Cette spéculation foncière a changé le visage des secteurs agricoles du nord de Montréal. 

Micheline Bastien se souvient que son père n’avait aucune envie de vendre sa ferme; il résistait pendant qu’autour de lui les voisins vendaient et s’en allaient vivre en ville ou partaient s’installer dans une nouvelle ferme hors de l’île. Il a tenu bon un bout, mais s’est résolu à vendre en 1955 et a racheté une ferme moins chère à La Plaine. Le déménagement a eu lieu trois ans plus tard. Micheline, qui avait alors 16 ans, s’en souvient comme du jour où elle a été le plus fatiguée de toute sa vie: en plus de la maisonnée, il a fallu déménager les vaches, le taureau, les balles de foin, les poules et tous les instruments aratoires. Ce soir-là, quand l’adolescente s’est effondrée de fatigue, elle ne savait pas que ses parents, eux, avaient passé la nuit précédente à pleurer. «Ce fut un choc pour mon père de quitter la terre où avaient vécu son père et son grand-père, et où lui-même avait eu ses enfants.» 

À la même époque, André Jasmin recevait son diplôme du collège et obtenait un premier emploi dans une banque. «C’était si ennuyant pour moi qui étais habitué de travailler sur la terre!» s’exclame-t-il. Au bout de trois mois, il est donc retourné à la ferme, mais là-bas, la production avait ralenti: son père vieillissait, et les enfants, aux études, étaient moins présents pour aider. C’est alors que sa mère a lancé une idée: pourquoi ne pas démarrer un centre de jardin? Ça n’existait presque pas à l’époque, explique celui qui a fait grandir la Pépinière Jasmin avec sa fratrie et avec l’aide du paternel. Celui-ci avait fini par vendre, non sans chagrin, des parcelles de sa terre, mais en conservant au moins 500 000 pieds carrés pour la pépinière. 

En ce qui concerne Léopold Cardinal, le début de la fin est survenu avec un avis d’expropriation: sa terre, tout comme celle des voisins, était limitrophe à l’aéroport de Dorval, qui avait besoin de nouvelles pistes. En 1961, la famille Cardinal a donc dû quitter la ferme pour aller s’installer dans le noyau villageois de Saint-Laurent. Léopold, qui frisait la cinquantaine, n’avait pas l’énergie de redémarrer une ferme ailleurs, surtout que ses enfants manifestaient peu d’envie de prendre la relève. «Un cultivateur, c’est un entrepreneur, avec toute l’autonomie qui vient avec. Commencer à travailler pour d’autres à 50 ans, ç’a été dur pour mon père», se rappelle Aurèle Cardinal, qui avait 16 ans l’année du déménagement. Finalement, les nouvelles pistes prévues n’ont jamais été construites. Léopold est souvent retourné marcher ou faire du ski de fond sur sa terre. 

D’hier à aujourd’hui 

«Notre alimentation n’a pas changé quand on est déménagés à La Plaine, affirme Micheline Bastien. On avait encore nos vaches, nos poules, et on a fait un grand jardin au printemps.» Deux des fils de Bernard Bastien sont devenus à leur tour producteurs laitiers dans la région de La Plaine. Ainsi, Yvan Bastien est aujourd’hui propriétaire de la ferme GeoBastien de Sainte-Anne-des-Plaines, baptisée ainsi en l’honneur de son père et du clan Bastien. Mais aujourd’hui, à l’angle des rues Jarry et Langelier, peu de traces subsistent de la ferme des Bastien et de cette époque pas si lointaine où Saint-Léonard, qui a déjà été surnommé «le jardin de Montréal», était une campagne agricole. 

Vue aérienne du secteur de l’actuelle rue Jarry. Archives de Montréal 

Sur la côte Saint-François, dans Saint-Laurent, seul le boisé demeure de ce qui fut la ferme Cardinal. Et c’est grâce à Aurèle! Le groupe Cardinal-Hardy, qu’il dirigeait, a été mandaté pour faire les plans d’aménagement du Technoparc Montréal sur les terres où les pistes de l’aéro- port n’ont jamais été construites. «La mémoire des lieux et de leur évolution fait la qualité d’un quartier. C’est facile de tout raser pour recommencer à zéro, mais ce qu’on construit alors [n’a plus le moindre lien avec le passé]. La qualité de la ville, à moyen et à long terme, vient de la diversité dans une certaine continuité», croit Aurèle Cardinal, qui a adoré mettre en valeur des espaces qu’il connaissait bien en aménageant le Technoparc. C’était important pour lui de conserver le boisé, un espace vert aujourd’hui devenu le parc-nature des Sources, parce que «les cultivateurs comme mon père n’exploitaient pas leur ferme, ils investissaient dans leur ferme pour qu’elle reste de bonne qualité. Ils ne combattaient pas la nature à coups d’intrants chimiques, ils travaillaient avec elle.» 

Aujourd’hui, on peut donc marcher dans le boisé de l’ancienne ferme Cardinal au Technoparc… et magasiner dans ce qui était la grange de la ferme Jasmin, devenue la boutique de la pépinière. «Elle a plus de 150 ans», affirme André Jasmin. Sa girouette en forme de vache est en place depuis aussi loin qu’il peut remonter dans ses souvenirs. «En la regardant, mon père pouvait dire non seulement la direction du vent, mais aussi la température qu’il faisait», lance le pépiniériste en riant. Au fil des ans, les Jasmin ont vu, avec une certaine impuissance, les alentours se couvrir de bâtiments. «La ville nous a rejoints!» dit André, qui mentionne par ailleurs n’avoir jamais vendu autant de fines herbes, de tomates et de semences bios qu’aujourd’hui. Les Montréalais n’ont peut-être plus de voisins agriculteurs, mais ils semblent reprendre goût à l’autoproduction. Après avoir eux-mêmes cultivé des légumes, les Jasmin équipent maintenant les urbains qui souhaitent en faire pousser à leur tour. 

Pour sa part, Aurèle Cardinal est certain qu’il reste des traces de sa jeunesse à la ferme dans son alimentation d’aujourd’hui. Il mentionne sa stupeur devant le gaspillage des aliments, qui contraste avec la gestion serrée de chaque denrée qu’il a connue, enfant. Et ne lui parlez pas de fraises d’hiver. «Quand ça vient de loin, ça ne goûte rien!» lance-t-il catégoriquement. Pour sa part, il retrouve la fraîcheur, l’esprit et la qualité de ce qu’il a connu enfant en fréquentant le marché fermier de producteurs près de sa maison de campagne. 

Ce texte est paru à l’origine dans le numéro 6, Montréal, au printemps 2017.