L’abécédaire du vin du Québec: E pour Élevage

elevage du vin

Il n’est pas rare de lire sur les étiquettes ou sur les fiches techniques d’un vin “élevé en cuve inox” ou “élevé en amphore”. Il existe différents styles d’élevage du vin, chacun a son rôle et confère au millésime une particularité. Aujourd’hui, avec la lettre E, on vous parle d’élevage, de son importance, des différents types qui existent, de leurs rôles et on vous aide à mieux comprendre une des étapes les plus importantes de l’élaboration d’un vin!

Texte par Les Minettes
Illustration d’Elisabeth Cardin

L’élevage d’un vin est l’ensemble des opérations que le vigneron va faire à partir de la fin de la fermentation (on reviendra à ce sujet à la lettre F) jusqu’à la mise en bouteille. L’élevage a un rôle essentiel puisqu’il va définir la personnalité du vin et lui apporter sa complexité aromatique, jouer sur sa texture, le purifier, l’aider à vieillir et il sert à définir les assemblages, ou non! 

Au Québec, il existe différentes sortes de cuves permettant d’élever un vin, en voici une liste exhaustive avec leur rôle respectif: 

La cuve inox est très souvent utilisée pour les élevages courts. Cet élevage permet de conserver la fraîcheur (voir l’acidité) et le fruit présent dans le vin. On l’utilise pour les vins à déguster dans leur jeunesse. 

La cuve béton ou ovoïde, moins populaire mais tout de même de plus en plus présente au Québec, possède une plus grande inertie que la cuve inox. Elle permet un bon maintien de la température (froide ou chaude) mais surtout, la porosité du béton permet une micro-oxygénation du vin (le vin respire avec le contact de l’air) ce qui lui confère des notes plus évoluées. De plus, sa forme d’œuf permet le maintien des lies en suspension et apporte au vin rondeur, souplesse et complexité.

Le fût de chêne, très populaire au Québec et souvent d’origine française ou américaine, va apporter des tannins, du corps, et de la structure au vin, mais surtout il permet la micro-oxygénation du vin comme le béton. Il est utilisé pour les élevages plus longs ou pour des vins que l’on désire déguster après quelques années de vieillissement. Le vigneron va choisir le type de fût et la durée de l’élevage en fonction de la personnalité qu’il veut donner à son vin. Le choix du fût et du bois est crucial, plus le bois est neuf, plus il va apporter des notes boisées au vin. Plus le fût aura été utilisé, plus les arômes apportés seront subtils. C’est une question de goût!

Enfin, l’amphore (faite à partir d’argile ou de grès) est une technique d’élevage ancestrale très populaire et dans l’ère du temps, surtout au Québec! Sa principale particularité est qu’elle permet de désacidifier un vin (très utile pour les nôtres), et sa porosité favorise une oxygénation régulière qui assouplit les tannins sans modifier la typicité du vin. Cet élevage contribue aussi à la finesse et la pureté du vin tout en laissant exprimer son fruit.

Lors de ces élevages, le vigneron peut faire le choix d’utiliser les lies fines afin de jouer sur la texture et les arômes… retrouvez d’ailleurs notre texte sur les lies juste ici

Comme un chef de cuisine qui doit composer la recette parfaite avec ses aliments frais, le vigneron doit décider d’assembler ou non ses vins. Pour donner plus de personnalité, il peut décider d’assembler des cépages différents qui ont le même élevage, des cépages différents qui ont aussi bénéficié d’un élevage différent, ou bien un même et unique cépage élevé de deux manières. Il n’y a pas de règles, ça permet au vigneron d’exprimer toute sa créativité et de faire de son vin une cuvée unique qui se distinguera des autres!

Amusez-vous à déguster un même cépage élevé différemment afin de comprendre les typicités de chaque élevage, et définir celui qui vous plaît le plus.