Un verre à la santé de bébé

Aujourd’hui, l’alimentation des femmes enceintes s’encombre d’une importante série de produits défendus, pour «le bien du futur bébé». Pourtant, nos mères, nos grands-mères et nos arrière-grands-mères n’avaient pas à se plier aux mêmes restrictions. Survol de 75 ans de recommandations.

Texte de Bernard Lavallée
Illustrations de Simon L’Archevêque

Adieu les sushis, le tartare, le vin, le brie, le café… Être une future maman, c’est devoir renoncer à certains plaisirs alimentaires. Et si par malheur une femme enceinte venait à défier ces interdits, les regards réprobateurs de son entourage suffiraient sans doute à la décourager d’adopter tout comportement déviant. «Les femmes des générations précédentes buvaient du café et de l’alcool alors qu’elles étaient enceintes. Elles fumaient même! Et elles ont réussi à enfanter sans problème», avez-vous peut-être déjà entendu de la bouche de votre propre mère.

Effectivement, si on s’aventure à consulter les conseils nutritionnels officiels dispensés aux femmes enceintes il y a 20, 40 ou 75 ans, on remarque rapidement que plusieurs d’entre eux se contredisent d’une année à l’autre. Et, preuve flagrante de l’évolution du sujet, alors que la première édition de La mère canadienne et son enfant, un ouvrage gouvernemental publié en 1940, ne consacrait que 5 pages à l’alimentation de la femme enceinte, Mieux vivre avec son enfant, son équivalent de 2015, en comporte 30!

1940
L’alcool peut endommager les délicats tissus du foetus et surmener vos organes évacuateurs. La future maman boira chaque jour une abondance de lait; elle mangera des tomates ou des oranges, des légumes verts, et elle prendra de l’huile de foie de morue. Un ou deux oeufs, ou jaunes d’oeufs, par jour. Durant votre grossesse […], vous devez boire au moins une pinte de lait par jour

1954
L’alcool présente des dangers dont l’un est le faux sentiment de sécurité qu’il procure et qui peut inciter la femme enceinte à négliger sa santé, à mal se nourrir, à se coucher tard ou à courir d’autres risques qui peuvent mettre le bébé en danger. Servir du foie ou des rognons au moins une fois la semaine. Un oeuf par jour et du fromage trois fois la semaine.

L’opinion qu’une femme enceinte doit manger deux fois plus qu’à l’ordinaire est complètement fausse! Lait: quatre verres par jour durant la grossesse.

1968
Si vous en avez l’habitude, l’alcool en faible quantité ne vous fera probablement pas de tort. Mangez souvent du foie. Si vous surveillez votre alimentation (pendant la grossesse) et donnez ainsi le bon exemple, il se peut que votre mari mange mieux et, du fait, s’en porte mieux. Lait: femmes enceintes ou nourrices – 4 tasses.

1979
Une petite quantité d’alcool à l’occasion peut être consommée si vous le voulez. Le foie est particulièrement nourrissant, contenant plusieurs vitamines et du fer. Évitez les diètes populaires puisqu’elles peuvent être dangereuses et vous priver de nutriments essentiels.

La quantité recommandée de lait est de 750 ml à 1000 ml (3-4 tasses), ce qui est davantage que pour une femme qui n’est pas enceinte. Vous pouvez manger un oeuf chaque jour, sauf si cela ne vous est pas recommandé.

1999
Au Canada […], on recommande la tolérance zéro, c’est-à-dire d’éviter complètement l’alcool. Si vous l’aimez, incluez le foie à votre menu. Si vous en mangez rarement, commencez par une fois par mois, puis environ une fois toutes les deux semaines.

Soyez sans crainte: il n’est pas question de manger deux fois plus d’aliments… Mais manger deux fois mieux, ça oui!

2015
Il est recommandé de s’abstenir de boire de l’alcool pendant la grossesse. Bien que le foie soit une excellente source de fer, il n’est pas recommandé pour les femmes enceintes, car sa teneur en vitamine A est trop élevée. Ne dépassez pas 300 mg de caféine par jour pour toutes les sources de caféine. Faites bien cuire viande, volaille, oeufs, poisson et fruits de mer, de même que tous les mets qui contiennent ces aliments. Consommez l’équivalent de deux verres de lait ou de boisson de soya enrichie chaque jour.

***
Les conseils présentés dans cette ligne du temps sont tirés textuellement de documents publiés par des organismes de santé publique et des professionnels de la santé québécois et canadiens. Ces recommandations sont le reflet du contexte social et de l’état des connaissances scientifiques au moment de leur publication.

Ouvrages utilisés
Ministère de la Santé nationale et du Bien-être social. La mère canadienne et son enfant, 1940, 1954, 1968, 1979
Laurendeau H. et Coutu B.
L’alimentation durant la grossesse, 1999
Institut national de santé publique du Québec.
Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, 2015


 

Cet article est paru initialement dans le numéro 3, Tabous, en octobre 2015.