Une Tanière au grand jour

En mars dernier, je vous mentionnais dans ma chronique, la réouverture anticipée du restaurant La Tanière³. Invitée à y manger vendredi dernier, ce fût un repas extraordinaire, (comme dans «qui-sort-de-l’ordinaire»!), unique au Québec et, je dirais même, au Canada. 

Chronique et photos de Katerine-Lune Rollet

Offrant un seul menu de 15 à 20 services, La Tanière³ propose un voyage dans nos forêts, nos potagers de légumes méconnus avec une carte de vins rares. Chapeau au chef François-Emmanuel Nicol et sa brigade pour l’exécution parfaite du repas! Inspirés par l’histoire de l’édifice, les plats retracent des éléments historiques du Vieux-Port de Québec. Une assiette met de l’avant les boulets de canon avec une betterave apprêtée comme de l’ail noir, du radis melon d’eau et un kimchi à la rose. Un autre plat fait honneur aux entrepôts maritimes avec du homard, une tomate confite et de l’épinette hybride.

La beauté des assiettes et la recherche derrière chaque plat révèlent un travail titanesque.

Pour ceux qui ne boivent pas d’alcool, un accord de breuvages qui sortent complètement des sentiers battus est offert. Qui a déjà bu pendant un repas du lait de tournesol, un consommé de maitake ou un verre de kéfir-cassis?

Situé dans les celliers sous son restaurant frère l’Orygine, les convives sont invités à se déplacer d’une pièce à l’autre pendant le repas. Le lieu, le service, tout est impeccable. Évidemment, autant de perfection a un prix (155$ pour le menu en semaine et 175$ la fin de semaine), mais si vous envisagez une occasion de célébrer, je vous dis: allez-y! Cet endroit deviendra un incontournable pour les Québécois et les touristes et deviendra assurément un «restaurant de destination».

La Tanière³
36 1/2, rue Saint-Pierre, Québec

La chroniqueuse a été invitée par l’Office du tourisme de Québec et l’équipe de La Tanière³.