S’initier à la récolte des semences

semencesSemences de zinnia

Il y a toutes sortes de récoltes issues d’un jardin: au-delà des traditionnels fruits, légumes et fines herbes, notons des bouquets de fleurs coupées et… une panoplie de semences. En sachant quand et où regarder ainsi que comment récolter chaque plante, on se rend compte que les espaces potagers et les aménagements paysagers regorgent de semences. À partir du jour où j’ai découvert cette autonomie au potager, impossible de m’arrêter! Alors, comment s’initier à cette pratique et voir si vous aurez la piqûre?

Texte et photos de Geneviève Daoust

Malheureusement, la conservation des semences n’est pas quelque chose que l’on enseigne dès le jeune âge sur les bancs d’école. Je l’ai apprise par le partage de connaissance de personnes expérimentées, par beaucoup de découvertes, des lectures, des essais et des erreurs.

Mon premier conseil: sélectionner et conserver uniquement les semences des meilleurs exemplaires de vos variétés préférées.

Vos incontournables, en d’autres termes. Mais aussi, des semences qui se récoltent, s’entreposent et se conservent assez facilement. Notons parmi celles-ci: laitues, cerises de terre, piments, poivrons, coriandre, aneth, zinnias, centaurées, pensées et capucines.

Récolter ses semences implique aussi trois options: partir ses propres semis à la fin de l’hiver, faire des semis directs au jardin ou une combinaison des deux. Il faut prévoir utiliser ces graines à leur juste valeur!

Alors, comment choisir les spécimens à récolter? S’il s’agit d’un fruit ou d’un légume, ce sera celui qui, selon vous, possède les meilleures caractéristiques de goût, de texture, de conservation, de forme, de productivité, de rusticité et de résistance aux maladies. Pour des fleurs, le critère de la couleur pourrait aussi vous influencer.

Règle générale, si la semence sèche directement sur le plant, repérez celles qui sont les plus dominantes par leur couleur foncée et celles qui semblent les plus grosses et les plus fermes pour assurer un meilleur taux de succès.

semences haricots
Il faut bien laisser sécher les fèves, les haricots et les pois sur le plant avant d’en récolter les graines. La cosse craquera sous vos doigts lorsqu’elle sera prête. Les semences endommagées ou nettement plus petites que les autres sont retirées.

Évidemment, dans un petit potager, la quantité de plants sur lequel choisir quelques exemplaires est limité. Pour des expériences individuelles ou familiales, cela fera l’affaire. Toutefois, sachez que les semencières et semenciers du Québec respectent des critères de distance et de quantité minimale de plants. Cela leur assure, entre autres, d’éviter des croisements ainsi que la meilleure génétique et la qualité de leurs semences. D’où l’importance de les encourager, si jamais votre production maison ne suffit pas!

Deuxième conseil: concentrez-vous sur les semences à pollinisation libre.

Vous vous assurerez d’un résultat identique au plant initial au fil des années, contrairement aux semences de variétés hybrides (reconnues facilement dans les grandes surfaces commerciales avec la mention F1 sur le sachet).

Notons toutefois qu’il peut arriver d’avoir des croisements volontaires ou spontanés avec des semences à pollinisation libre, mais c’est plutôt rare (sauf pour certaines courges, où c’est plus fréquent pour une production individuelle). Si cela vous arrive, dites-vous que c’est une chance.

Peut-être aurez-vous créé une nouvelle variété, ce qui la rendrait encore plus unique dans votre potager! Cette magie-là fait partie des plaisirs de la conservation des semences. À mon jardin communautaire, un de mes amis a donné son nom à une tomate de cette façon!

Quoi choisir comme premières récoltes de semences? Les fleurs annuelles ou vivaces et les fines herbes (notamment aneth, coriandre, basilic) sont assez accessibles, ainsi que certains fruits et légumes dont les graines se trouvent directement à l’intérieur (tomates, piments, poivrons, aubergines, cerises de terre). Ajoutons certaines autres plantes qui doivent sécher directement sur le plant, dont les haricots, la laitue, les épinards et la moutarde. D’autres plants ont besoin d’une maturation au-delà du seuil de comestibilité. Pour cela, il faut sélectionner des spécimens sur votre plant dès le début de la production et les récolter qu’à la toute fin de la saison, comme c’est le cas pour les concombres et les courgettes.

semences de laitue
Pour repérer les semences d’une laitue, il suffit de lui laisser terminer son cycle de vie: sa tête montera en fleurs, puis en graines. Un plant produira des centaines de semences.

Enfin, dernier conseil: veillez à bien faire sécher, à ensacher et à entreposer vos semences pour bien conclure ce minutieux travail de récolte de graines.

Assurez-vous que ces dernières soient complètement sèches avant de les mettre dans des sachets individuels bien identifiés avec le nom de la plante et sa variété, ainsi que son année de production. Par exemple, si vous récoltez différentes graines de basilic, spécifiez son nom exact pour pouvoir les différencier. Serait-ce du basilic génois, citron, thaï, pourpre ou sacré? Il y a tellement d’options! Cela vous aidera à vous y retrouver, car certaines semences se conservent pendant plusieurs années. D’autres resteront viables, mais leur taux de germination diminuera.

Il est important de conserver les semences dans un pot hermétique, au frais et à l’ombre. Pour ma part, j’ai de petits sachets en plastique, qui sont ensuite rangés dans des pots en verre. D’autres personnes utilisent des enveloppes en papier, c’est au choix.

C’est maintenant le temps de voir vos espaces potagers d’un œil nouveau! Partez à la découverte des semences de toutes sortes. Mais surtout, élargissez vos horizons. Vous voyez une variété de tomate ancestrale à votre marché local et vous l’aimez? Vous êtes sous le charme d’une fleur dans un aménagement paysager sur l’espace public? Récoltez quelques semences et vous aurez la satisfaction de les reproduire par vous-même l’année suivante. Bonne exploration!

Quelques références
Le site de Québec.ca pour savoir les avantages de produire ses semences ainsi que les étapes à suivre pour y parvenir.
Le livre La conservation des semences de Semences patrimoine Canada, pour toute personne désirant produire à petite échelle de façon déterminée. C’est un essentiel, bien synthétisé et vulgarisé.
Les encadrés de cet article sur Cariboumag où l’on retrouve un calendrier des saisons en matière de semences et certains de mes coups de cœur.