Partager l’abondance avec les vivaces

Les plantes vivaces comestibles et utiles occupent une place importante dans mes espaces de jardinage. À la maison comme au jardin communautaire, ces plantes contribuent à mes récoltes, attirent les pollinisateurs et mettent de la couleur dans mes aménagements paysagers.

Texte et photos de Geneviève Daoust

Un des avantages des vivaces? Elles survivent à l’hiver. En opposition aux plantes annuelles qui ont un cycle de vie d’une année (dont la plupart des légumes au jardin), les plantes vivaces repoussent année après année.

Au fil du temps, elles grandissent et se reproduisent. Un moyen simple pour jardiner gratuitement ou à faible coût! 

Le partage de vivaces peut se faire, entre autres, à l’aide de plants divisés, de boutures, du marcottage, des semis, des bulbes, des tubercules, de semences… le choix est vaste. Renseignez-vous sur les meilleures méthodes de multiplication végétative selon chaque espèce. À titre d’exemples, une tige de romarin, de cassissier ou de gadellier se bouture bien et un plant de ciboulette ou de monarde fistuleuse se divise facilement. Il est aussi possible d’échanger des bulbes de tulipes ou des tubercules de dahlias, et de donner des stolons de fraises.

Échanger, recevoir et donner: où trouver?

Si vous désirez implanter des vivaces comestibles dans vos platebandes, il y a plusieurs moyens pour minimiser les coûts monétaires de ces acquisitions. Trouvez des plants de surplus ou des semences, faites des échanges, demandez! 

Par où commencer? Bien sûr, vos pépinières locales auront une grande variété de vivaces et d’arbustes fruitiers. Mais avant, pourquoi ne pas essayer de donner une nouvelle vie à un plant qui n’attend qu’à être adopté ou divisé? Divers groupes sur Facebook se spécialisent dans l’échange ou le don de plantes, incluant des vivaces comestibles (et des plantes potagères). Parmi eux, notons les groupes « Jardin Gratuit », « Plantes à Vendre Échanger Donner au Québec » et, pour les personnes habitant dans la métropole, « Plantes: Donnez et Échangez Montréal Plants: Donate and Trade ». Il y a aussi des outils comme des annonces du type Marketplace; j’y ai acheté des hostas à prix très abordable!

Si la patience est votre vertu, plusieurs vivaces peuvent être produites à partir de semences. Toutefois, certaines variétés ne produiront pas de récoltes abondantes ou ne fleuriront pas la première année. C’est notamment le cas des fraisiers alpins, de l’ancolie, de la rhubarbe ou de l’échinacée.

Pensez à implanter vos vivaces de façon stratégique dans vos espaces, en gardant l’esprit leur pérennité.

fines herbes
La ciboulette se divise facilement. L’essayer, c’est l’adopter, surtout pour ses fleurs comestibles!

Si vous êtes membre d’un jardin communautaire, demandez aux jardinières et jardiniers qui font «le ménage» printanier ou automnal de leur jardin de vous partager leur surplus de vivaces. C’est un échange gagnant-gagnant, puisque la division de vivaces fait partie d’un entretien bénéfique pour ces végétaux, selon leur taille. J’ai récupéré plusieurs fines herbes vivaces de cette façon, dont des plants de ciboulette (de jardin et à l’ail), de thym, d’origan et de livèche. J’ai aussi obtenu de deux jardins collectifs un petit plant de monarde fistuleuse et des plants de framboises noires, entre autres. De mon côté, j’ai divisé et partagé mes plants d’hémérocalles, dont les fleurs sont comestibles, mon oseille, qui ajoute un petit côté acidulé à mes salades et potages, ainsi que de la menthe.

La menthe se bouture facilement. Attention! Elle est même considérée envahissante; elle doit être dans un contenant en pleine terre ou dans un bac pour limiter son expansion. Sinon, vous serez assuré(e) d’un approvisionnement continu pour vos mojitos frais durant toute la saison!

menthe
Ici, c’est de la menthe verte.

Quand diviser et partager les vivaces?

Sur le site du Jardin botanique de Montréal, il est indiqué que les espèces fleurissant après la mi-juin peuvent être divisées au début du printemps. Ce processus de division se fait plutôt au début du mois de septembre pour les vivaces qui fleurissent tôt au printemps.

Donc, avril est une bonne période pour plusieurs plantes. 

Je ne suis pas une pro en matière de division de vivaces. Je pose des questions à des amis expérimentés. L’un d’eux, qui agit aussi comme mentor, m’a expliqué ceci:

Les plantes déjà en terre doivent être divisées ou transplantées lorsqu’elles sont en dormance, soit tôt au printemps ou tard en automne. Au printemps, lorsque les bourgeons sont bien fermés, c’est le meilleur moment. Lorsqu’ils commencent à éclater, c’est encore convenable. Lorsque les feuilles sortent, ça commence à être tard. Lorsque que ces dernières sont sorties, c’est trop tard. Plus on transplante tôt, mieux c’est. Plus on tarde, plus l’arrosage sera important. 

Ainsi, si vous n’avez pas eu l’occasion de le faire tôt au printemps, vous pourrez vous reprendre à la fin de l’automne. Quant à elles, les plantes en pots peuvent être transplantées durant toute la saison.

Les vivaces vous assureront des récoltes de fines herbes, de petits fruits et de fleurs comestibles, utiles ou décoratives. Profitez de leur apport au jardin et n’hésitez pas à les partager autant que vous recevrez!

Ce lien sur la multiplication végétative vous en apprendra sur les différentes méthodes, dont la division des vivaces, et comment les réussir. Celles-ci s’appliquent autant pour les plantes d’intérieur que d’extérieur.