Le tour du calendrier du «mangeur-faiseur»: à faire au printemps

Érablière au printempsPhoto de Pierre-Nic Lessard

Lorsqu’on désire mettre la main à la pâte pour manger toute l’année des aliments produits à proximité, il est bon d’avoir quelques repères temporels en tête. Bien sûr, plusieurs chemins mènent à l’alimentation locale. Nul besoin de les explorer tous en même temps. Voici quelques pistes non exhaustives pour inspirer son parcours de «mangeur-faiseur» au rythme des saisons. 

Texte de Julie Aubé

Quand s’amorce la transition entre le vif de l’hiver et le début du printemps, voilà que revient le temps de faire bouillir l’eau des érables entaillés et de devenir partenaire d’un fermier ou d’une fermière de famille en s’abonnant à un panier bio pour l’été. Entre vos parties de sucre, c’est aussi le moment de démarrer les semis les plus hâtifs (oignons, poireaux, céleri, persil…); en ce qui concerne les populaires tomates, piments, concombres et basilic, mieux vaut patienter. Pour se guider, on se réfère à un calendrier des semis en fonction de sa zone climatique. Au fait, avez-vous taillé vos arbres fruitiers, réservé vos poules pondeuses et renouvelé votre permis de pêche si vous comptez taquiner le poisson cette année? 

On célèbre Pâques tout en admirant les volées d’oiseaux qui passent au-dessus de nos têtes dans leur migration vers le nord. Les journées rallongent, la saison des sucres cède sa place à celle de la récolte de l’eau de bouleau. Le crabe des neiges et les crevettes nordiques, dans leur carapace, font leur arrivée juste avant le début de la saison du homard. La nature se réveille doucement. Avez-vous croqué votre première feuille d’oseille? Cueilli vos premiers brins de ciboulette? Assaisonné un plat de pousses d’épinette fraîches? Apprécié le goût de forêt des têtes-de-violon? Il n’y a pas de doute, on est à l’aube de la saison des récoltes; on fait honneur à ce qu’il reste des provisions de l’an dernier pour mieux accueillir l’abondance qui s’en vient. 

Bon an mal an, les asperges se pointent le bout du nez autour de la fête des Mères. Les pissenlits se multiplient en millions de petits soleils qui illuminent les parterres; goûtez-y notamment en ajoutant de jeunes feuilles, puis des fleurs à vos salades printanières. Véritable poésie pour les yeux, les arbres fruitiers fleurissent, promesse de fruits pour l’automne. D’ailleurs, pourquoi ne pas inaugurer votre saison des pique-niques dans un verger en fleurs? Profitez-en pour faire halte chez les fermiers qui vendent des plants, question de compléter les légumes et les herbes que vous avez démarrés en semis. Lorsque vous croquez vos premiers radis, c’est signe que l’été est bien décidé à s’installer. 

banniere hs3
Pour vous guider dans toutes vos activités d’autonomie alimentaire, procurez-vous notre hors-série Vers l’autonomie alimentaire!