Un pain de ménage à trancher

Pain de ménage

De par sa mie légère faite de farine blanche et son profil rectangulaire tout droit sorti d’un moule, le pain de ménage a su marquer la tradition populaire au Québec. 

Texte d’Alex Cruz et Cyril Gonzales, d’École-B
Illustrations de Matthieu Goyer

Mais cette icône de la vie domestique s’est-elle déjà fait remarquer sous une autre forme que celle qu’on lui prescrit? 

Démystifions d’abord la place qu’occupe la culture du blé dans les années 1830. 

D’entrée de jeu, il nous faut concéder que la culture du blé est en déclin depuis les années 1800. L’arrivée inopinée de la mouche du blé dans les années 1830 a eu pour effet d’en accélérer dramatiquement la chute. Cette période coïncide également avec l’ouverture du marché rural québécois à l’importation de poches de farine blanche provenant de moulins canadiens et américains. 

Avant cette période, bon nombre de familles réservaient la farine blanche, appelée fine fleur, uniquement pour le repas du dimanche. Les autres jours, le pain du ménage était composé de farine intégrale ou encore de gaudriole; une curieuse farine métissée de diverses céréales alternatives au blé. 

Remarquons ici que le choix usuel de farine avant les années 1830 nous dresse le portrait d’une mie bien plus dense que celle du pain de ménage d’aujourd’hui. C’est également à travers ces années que, sous l’influence des minoteries (ndlr: meuneries) anglophones, la mode américaine de cuire son pain dans un moule rectangulaire a fait son chemin dans les ménages québécois. 

Moule à pain carré

Avant cette vogue, le pain était, de coutume, cuit directement sur la sole du four à pain. Le moule a toutefois eu vite fait de démontrer toute son utilité, notamment sur le gain en espace. Effectivement, sa forme rectangulaire permettait, au ménage, d’enfourner plus de pains dans une seule et même cuisson.

Alors, bien que banal, il est somme toute intéressant de comprendre que les attentes actuelles des Québécois par rapport à la forme d’un pain de ménage provient probablement des années 1830. Il est tout aussi fascinant d’apprendre qu’avant cette période de transformation, le pain de ménage avait une ronde allure et que sa mie possédait une densité rappelant celles des miches artisanales que l’on aperçoit aujourd’hui dans les étals d’une boulangerie dite d’actualité…

À propos du Carnet d’École-B

École-B partage des faits saillants et insolites d’une culture culinaire riche et diversifiée, située au bout de l’Amérique, qui, mis à part ses quelques clichés beurrés épais, est, dans son essence, méconnue de la plupart de ses gens. Ce qui est cependant connu, c’est que la culture c’est comme de la confiture, et moins t’en as, plus tu l’étends.

C’est donc dans cet état d’esprit, qu’a été créé le Carnet d’École-B, dirigé par Alex Cruz et Cyril Gonzales, et illustré par Matthieu Goyer.

Chaque semaine, avec une petite touche d’irrévérence, mais avec une énorme dose d’enthousiasme, l’équipe d’École-B publiera des capsules sur la culture culinaire québécoise qui, d’ores et déjà, on vous l’affirme, briseront certaines idées reçues, jetteront quelques pavés dans la mare, et ouvriront, on l’espère, de nouveaux horizons.

À lire aussi dans le Carnet d’École-B