5 raisons d’essayer la piquette cet été

piquette quebecCrédit photo: page Facebook du vignoble Fragments

Détrompez-vous! On ne vous suggère pas de boire un vin de piètre qualité cet été. Si ce mot a une connotation péjorative, il faut savoir que la piquette est un produit dérivé du vin et qu’elle peut être totalement délicieuse!

Texte de Virginie Landry

La piquette est fabriquée en ajoutant de l’eau sur le marc de raisin, qui est en fait la peau des raisins déjà pressés, puis fermentée. Certains vignerons décideront d’y ajouter des aromates du terroir ou des petits fruits, du sucre, du miel, ou même du jus de pommes. Résultat? Une boisson faible en alcool fort rafraîchissante.

Voici cinq raisons d’essayer la piquette cet été.

1. C’est nouveau (ou presque!)

En fait, la piquette est un produit qui existe depuis aussi longtemps que le vin. On raconte que les Grecs et les Romains en produisaient pour servir aux esclaves. En Europe, la tradition veut que les vignerons en servent à ceux qui viennent les aider à faire les vendanges.

Si on dit que c’est nouveau, c’est en fait parce qu’il n’était pas permis d’en produire au Québec avant l’automne 2021. En effet, un règlement provincial de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) empêchait les vignerons de produire de la piquette parce que ce produit ne respectait pas la définition légale de ce qu’est un vin, à cause de l’ajout d’eau. Ce règlement a été modifié le 22 octobre 2021.

«Les producteurs artisans de vin peuvent maintenant être autorisés à produire des boissons alcooliques à base de raisin, notamment à partir de marc de raisin (fabrication de piquette)», peut-on lire sur le site de la RACJ.

C’est pourquoi vous verrez cet été ce «nouveau» produit sur les tablettes des petites épiceries spécialisées.

2. C’est écologique

La piquette est un produit d’économie circulaire. En ajoutant de l’eau sur leur marc de raisin pour en créer un nouveau produit, les vignerons réutilisent leur matière première jusqu’à la toute dernière goutte. C’est une façon pour eux de diversifier leur offre, de rentabiliser leurs efforts et de tirer profit de tout ce que leurs beaux et bons raisins ont à offrir.

3. La teneur en alcool est peu élevée

Puisque la piquette est fabriquée à partir d’un raisin déjà pressé, il reste moins de sucre à transformer en alcool. Afin de respecter le nouveau règlement de la RACJ, la piquette québécoise doit contenir entre 1,5% et 7% d’alcool au maximum.

Cela fait d’elle un produit de soif, très agréable à boire, qui se consomme bien lorsqu’il fait chaud.

Vin de piquette
Crédit photo: page Facebook du vignoble Château de cartes

4. Il y en a pour tous les goûts

Certains producteurs vont faire une piquette toute simple, c’est-à-dire qu’ils mouilleront leur marc de raisin, et c’est tout. D’autres vont s’amuser avec ce nouveau produit en l’aromatisant avec des fruits de saison, des herbes ou différents sucres. Certains y ajouteront du vin, du cidre ou même du jus.

Il y a donc une piquette pour tout le monde et toutes les occasions.

5. Les vignobles québécois en font des excellentes!

Puisqu’ils attendaient ce changement de règlement depuis longtemps, gageons que les vignerons québécois se lanceront avec bonheur et créativité dans la création de ce nouveau produit cette année.

Déjà, plusieurs vignobles ont annoncé mettre une piquette sur les tablettes cet été et d’autres arriveront très certainement par surprise dans les prochaines semaines. Surveillez les sorties en épiceries!

En épiceries fines:
Domaine du Nival, Piquette Vidal 2021
Un savoureux mélange de Vidal et de pommes sauvages hâtives.

Château de cartes, Piquette Orange 2021
Une piquette 80% raisins, 20% pommes
À venir:
La Piquette pâle et la Piquette foncée de Lieux Communs (en cannettes)

La parcelle de la Bauge du Vignoble La Bauge

La Piquette 21 de Fragments
boire local quebec vin