25 idées pour soutenir notre industrie alimentaire

Photo de Maude Chauvin

Dès le début du confinement, Caribou a eu envie d’encourager ce mouvement naturel venant des Québécois qui souhaitaient plus que jamais soutenir les industries d’ici et s’approvisionner localement. Ainsi, tous les jours, pendant cinq semaines, nous avons publié sur notre compte Instagram «une idée par jour pour soutenir notre industrie alimentaire». Il n’y avait là rien de scientifique mais chaque jour, ça venait du cœur. Voici en vrac les 25 idées proposées au fil des jours. De bonnes habitudes à adopter maintenant, mais à conserver aussi après le confinement!

1. S’abonner à un panier du Réseau des fermiers de famille
Parce que de réserver pour toute la saison un panier de fruits et de légumes bio d’un producteur de notre région lui permet un revenu stable et assure une agriculture soutenue par la communauté. Il reste quelques disponibilités sur le site du Réseau des fermiers de famille.

2. Commander à nos restaurateurs préférés des plats pour emporter
Plusieurs restaurateurs se sont réinventés dans les dernières semaines et proposent des plats pour emporter à passer prendre au resto ou à faire livrer à la maison. Si on a les moyens, pourquoi ne pas soutenir un restaurateur différent une fois par semaine?

Photo de Maxime Juneau

3. Acheter des certificats-cadeaux à nos restaurateurs préférés
Pas envie de commander des plats pour la maison? Pour encourager les restaurateurs de notre secteur, on peut aussi leur acheter des certificats-cadeaux qui seront à utiliser plus tard.

4. À l’épicerie, choisir les aliments d’ici
Choisir des aliments d’ici est plus facile qu’on le pense. Pour vous aider lors de votre prochain passage à l’épicerie ou lors de vos commandes en ligne, il y a ce texte de Caribou: «Comment choisir des aliments locaux à l’épicerie».

5. Répondre aux appels des entreprises qui ont besoin de nous
Moisson Montréal qui manque de bénévoles ou Blanc de Gris qui a besoin de vendre rapidement ses champignons qui seront autrement perdus… Tout le monde est davantage sur les réseaux sociaux présentement alors pourquoi ne pas poser un petit geste dès qu’une entreprise d’ici demande de l’aide?

6. Choisir des vins et des cidres d’ici
Le choix d’excellents vins et cidres québécois est désormais très grand! Plusieurs suggestions se trouvent dans notre section Boire Local.

Photo de Dominique Lafond

7. Faire notre pain, avec des farines d’ici
Plusieurs se sont mis récemment à cuisiner leur pain à la maison. Tant qu’à faire, choisissez de la farine québécoise, comme La Milanaise par exemple.

8. Pour les festivités, commander ses denrées en ligne à des artisans d’ici
Il y a eu Pâques, le temps des sucres, il y aura la fête des Mères… et chaque fois, pour rendre spéciale l’occasion malgré le confinement, on peut commander en ligne des produits d’ici qui rendront le moment gourmand.

9. Donner sur les réseaux sociaux de l’amour aux artistes
Plusieurs artistes d’ici ont perdu des contrats mais on su s’adapter à la situation. C’est le cas de notre collaboratrice Evi Jane qui s’est mise sur Instagram à illustrer ses entreprises préférées. Une mention «J’aime» et un partage peuvent faire une différence et encourager les artistes à continuer à créer du beau.  

10. Visiter les commerces de proximité
Au-delà des grandes chaînes, il y a les petits commerces de quartier dont plusieurs sont restés ouverts et proposent la livraison.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Banner_site_640X150_option-3.jpg.
Procurez-vous notre hors-série Manger 100% local sur notre boutique en ligne!

11. Commander une affiche à un illustrateur qui s’intéresse à notre alimentation
Parce que c’est une belle façon de soutenir un artiste mais aussi d’afficher notre amour pour les aliments d’ici.

12. Cuisiner les légumes racines du Québec
Ils sont parfois mal-aimés, mais bien apprêtés, ils sont tellement bons! En plus, ils sont disponibles à l’année. Pour vous inspirer, il y a cette recette de légumes rôtis par Les Minettes.

13. Commander des semences locales
Même lorsque vient le temps de faire pousser ses légumes à la maison, il y a moyen de faire des choix locaux.

14. S’informer sur les artisans de notre culture culinaire
Mieux connaître les artisans d’ici donne un autre sens à leurs produits qu’on associera à un lieu et une histoire. Pour ce faire, il y a entre autres cette liste de 15 séries et documentaires liés à notre culture culinaire.

15. Faire le plein de petits fruits d’ici
Même congelés, les petits fruits québécois sont un choix qui soutient les producteurs d’ici. Ils sont disponibles en épiceries sous différentes marques ou directement sur le site des cueilleurs comme chez Gourmet Sauvage par exemple.

Photo de Gourmet Sauvage

16. Oser essayer de nouveaux produits
En explorant les sites de boutiques en ligne qui proposent des produits d’ici, on tombe sur des aliments et produits qu’on ne connaît pas. Pourquoi ne pas sortir de notre zone de confort et en acheter un une fois de temps en temps? On pourrait être agréablement surpris.


17. Ajouter à notre épicerie des produits moins connus
Même chose en épicerie où les produits d’ici sont plus accessibles qu’on pourrait le penser. Par exemple, disponibles presque partout, les conserves de mactres de Stimpson sont parfaites à intégrer dans cette recette de tagliatelles.
 
18. Choisir les fruits de mer et poissons d’ici
Les fruits de mer et poissons du bout du monde sont encore très présents dans nos épiceries et pourtant, ceux d’ici sont tellement savoureux! Turbot, morue, flétan, crevettes nordiques, pétoncles, crabe et homard… le choix est vaste! 

19. Sourire et remercier les commerçants de notre quartier
Ça peut paraître banal, mais ils et elles travaillent d’arrache-pied depuis des semaines pour nous nourrir. Un petit sourire et un remerciement pourraient faire leur journée!

20. Demander leurs recettes préférées à nos parents et grands-parents
Parce que la cuisine nous plonge dans des souvenirs chaleureux, parlons-en à nos parents et grands-parents; ils seront fiers de nous donner leurs trucs et recettes. En plus, ce genre de discussions perpétue notre héritage culinaire familial! 

Photo de Maude Chauvin

21. S’impliquer auprès d’un agriculteur qui a besoin de main-d’œuvre
Le gouvernement a lancé l’appel et la situation pourrait être l’occasion parfaite pour se familiariser avec le travail de nos agriculteurs qui ont une réalité souvent méconnue. Pour ce faire, on peut donner notre nom sur les plateformes de la campagne de recrutement «J’y vais sur-le-champ!».

22. S’informer sur les meilleures pratiques alimentaires à adopter
Se garder informé, c’est s’assurer de faire de meilleurs choix pour nous, pour notre planète et pour notre économie. Commander des livres ou des magazines sur le sujet et surtout, rester curieux, est la clé!

23. Faire des muffins aux carottes plutôt qu’aux bananes
Dans les muffins ou les gâteaux, remplacer les bananes par des carottes ou les dattes par des courges sucrées d’ici, ce n’est pas compliqué et ça fait toute la différence.

24. Faire ses pousses
La verdure fraîche est plus difficile à trouver ces temps-ci? Qu’à cela ne tienne, avec des graines qu’on a sûrement déjà dans le garde-manger, on peut faire nos micropousses à la maison.   

25. Lire Caribou!
Bien sûr! 😉 Parce que c’est une façon de soutenir à la fois un média indépendant et notre industrie alimentaire.

Pour voir en images ces idées publiés chaque jour au cours des dernières semaines, rendez-vous sur notre compte Instagram @cariboumagazine et cliquez sur l’élément en vedette nommé « industrie ».