Le petit fruit plein d’énergie

argouseCrédit photo: Ferme d'Achille

On parle de plus en plus de l’argousier, cet arbuste dont les petits fruits d’une belle couleur orange vif sont gorgés de vitamines. Carolyne Julien, de la Ferme d’Achille, spécialiste de l’argouse, va même jusqu’à la qualifier de «citron du Québec» en raison de son goût acidulé et légèrement floral. Partons à la découverte de cet aliment gourmand dont la cueillette démarre ces jours-ci !

Texte de Virginie Landry

Tout d’abord, il faut savoir que l’argousier, c’est l’arbuste et que l’argouse, c’est sa baie. On le connaît aussi parfois sous son nom anglophone, «sea buckthorn».

En Europe et en Asie, l’argouse est adulée depuis des centaines d’années pour ses vertus, et sa consommation remonterait jusqu’à la Grèce antique. L’argousier est notamment indigène dans certains pays du nord de l’Europe, comme la Russie, la Lettonie et l’Allemagne, ainsi qu’en Chine. Grâce à sa rusticité et à son adaptabilité dans plusieurs types de sols, dont les sols sablonneux et les sols rocailleux, l’argousier se porte très bien lorsque planté au Québec. D’ailleurs, l’Association des producteurs d’argousier du Québec compte actuellement 21 membres, situés un peu partout dans la province.

Cycle de vie

À la Ferme d’Achille, située à Saint-Ubalde, dans la municipalité régionale de Portneuf, les premiers plants d’argousiers ont été plantés en 2004. Carolyne et son conjoint, Samuel Saint-Germain, technicien en foresterie, en avaient alors une centaine. En 2022, ils estiment être passés à 6000 plants.

L’engouement se faisait déjà sentir à leurs débuts, et puisque la croissance d’un arbuste est lente, il faut s’y prendre quelques années d’avance si on souhaite récolter une quantité de fruits appréciable pour une production commerciale.

Carolyne Julien explique qu’il faut environ quatre ans avant d’avoir une petite production d’argouses, et au moins cinq ou six ans avant de profiter d’une production maximale. Lorsqu’il atteint sa maturité, un arbuste peut donner des fruits entre 5 et 15 ans, selon les variétés.

En juillet, les petits fruits sont encore très verts. Ils sont prêts à être cueillis au début du mois d’août, et ce, jusqu’en octobre. C’est là que les choses se compliquent!

Qui s’y frotte s’y pique

L’argousier est un arbuste très épineux, il est donc difficile de cueillir ses petits fruits à mains nues. Certains diront d’essayer avec des gants, ce que Carolyne Julien ne recommande pas. «Cela risque de briser les fruits, qui ont une peau mince et fragile, ou même de les faire éclater.» On peut comparer la cueillette des argouses à celle des framboises: des fruits fragiles, et difficiles à déloger de leur branche.

Sa technique de prédilection? «Couper la branche et la congeler. Ensuite, il suffit de la remuer et les baies tombent d’elles-mêmes.»

Afin de rendre la cueillette plus facile, certains producteurs testent de nouvelles variétés d’argousiers russes, qui ont moins d’épines, voire qui en sont complètement dépourvus, et dont les fruits sont plus charnus. Carolyne Julien note cependant que ces argousiers sont souvent plus frêles et produisent moins longtemps.

Exceptionnellement nutritif

Une fois les baies récoltées, elles seront vendues congelées ou transformées en produits gourmands, puisqu’elles sont trop fragiles pour être offertes fraîches. On peut aussi se procurer la pulpe déshydratée, qu’on ajoute dans les pâtisseries et les desserts maison. Ces produits se trouvent dans les épiceries fines partout dans la province, ainsi que dans les marchés et quelques fromageries.

Selon Carolyne Julien, certaines personnes consomment l’argouse par simple plaisir, dans des tartes, des confitures ou du jus, comme leur populaire Argouille. D’autres vont l’incorporer à leur diète seulement pour ses valeurs nutritionnelles exceptionnelles, sans en apprécier son goût, en jus fraîchement pressé ou en infusion, par exemple.

L’argouse est particulièrement riche en vitamines (C, E, A, entre autres), en acides gras et en antioxydants. À titre de comparaison, une portion de baies d’argousier contient plus de vitamine C qu’une orange, et sa teneur en acide organique est plus concentrée que celle du citron. D’ailleurs, l’industrie des cosmétiques utilise depuis longtemps l’argouse dans des produits de beauté, pour ses propriétés antioxydantes.

Des produits pour découvrir l’argouse
Voici quelques produits parfaits pour vous initier au goût acidulé de l’argouse, qu’on trouve dans beaucoup d’épiceries grande surface ou dans les petites boutiques spécialisées de quartier.
Cactus Kombucha – Curcuma Argousier: une boisson naturellement pétillante et hyperdésaltérante grâce à sa petite touche d’argouse.
Ô sirop – sirop d’argousier: un sirop sucré à ajouter dans ses limonades ou cocktails maison.
Unibroue – bière Éphémère baie d’argousier: une bière de blé rafraîchissante légèrement parfumée à l’argouse.
Yogourt Riviera – yogourt pêche, grenade et argousier: parfait au petit-déjeuner ou en collation.
Baréal – barres chocolatées argouse et pacane: pour inciter les becs sucrés à goûter à l’argouse.

Pour découvrir nos recettes à l’argousier:


Ce texte est paru à l’origine dans les pages du quotidien Le Devoir, le 6 août 2022.